topblog Ivoire blogs

22/10/2011

La liberté perdue des médias français

Sarkozy à Cheval 0001.jpg

Ont-ils été libres, ne serait-ce qu’un temps ? Leur succès passé et la variété des tons d’antan le laissent croire. France soir était par exemple à lui seul vendu à plus de 1 millions 50O mille exemplaires quotidiennement ! Les journalistes comme Joseph Kessel qui y travaillaient étaient de vrais aventuriers courant au cœur des événements pour saisir la réalité de la vie des peuples. Convenons donc que cette liberté a existé.

Aujourd’hui, France soir et presque tous les journaux français ont perdu la grande majorité de leurs lecteurs. A qui la faute ? Unanimement, les journalistes pointent du doigt Internet. Mais voyons ! C’est bien facile de toujours rejeter la faute sur l’autre ! Pourquoi n’interrogent-t-ils pas le lecteur qui ne les lit plus ?

Il suffit de se pencher sur l’expérience de ceux qui ont cessé d’être lecteurs de tel ou tel journal pour se rendre compte que cette désaffection vient de deux sentiments bien clairs. D’abord, nous ne nous reconnaissons pas dans les articles des journalistes. C’est toujours la vie et le sentiment de l’autre qui nous sont donnés ; jamais les nôtres. Ensuite, il y a ce doute profond jeté sur leur crédibilité. N’avons-nous pas raison de prendre de la distance par rapport à ce regroupement des journaux entre les mains de grands groupes financiers faiseurs d’hommes politiques pour servir leurs idéaux ? Le dernier à s’être aligné est le journal Le Monde qui passait jusque là pour être le plus intègre à cause de la diversité des opinions qu’il propose.

Les journalistes français doivent savoir que le public a franchement le sentiment qu’ils sont embarqués dans le navire du pouvoir depuis quelques années. Il nous semble plus encore flagrant aujourd’hui qu’hier qu’ils sont incapables de prendre leur distance sans encourir les représailles du pouvoir qui leur offre gracieusement moyens de transport, salle de travail pour accéder à la parole du maître de cérémonie. Tout laisse croire que Nicolas Sarkozy propose et dispose et la presse obéit et diffuse son évangile.

Quand les journalistes découvrent leur propre image sur les papiers de leurs confrères, un profond malaise les envahit tant ce qu’ils voient leur paraît humiliant. Des journalistes qui partagent champagne et petits fours avec les politiques peuvent-ils encore demeurer des investigateurs consciencieux désireux de servir l’intérêt du public ? Des journalistes qui sont pris en charge dans des voyages organisés comme de quelconques touristes sont-ils encore dignes de leur profession ? Et ceux qui sont invités à assister à des mises en scène à la gloire d’un tel ou d’un tel qui veut se tailler un habit royal peuvent-ils encore être appelés journalistes ? Il ne faut donc pas s’étonner que la récente affaire DSK les ait révélés cachotiers et frileux quand il s’agit de montrer les travers et les incohérences comportementales de ceux qui nous gouvernent.
Presse frçaise 2 0001.jpg

Dans un excellent article de Télérama du 5 octobre 2011, Emmanuelle Anizon estime que cette proximité – pour ne pas dire ce copinage – entre politiques et journalistes politiques est rendue possible par le fait qu’en France ce sont deux populations qui se renouvellent très peu. Aussi, ajoute-t-elle, certains de ses confrères se demandent s’il ne serait pas mieux de renoncer à demeurer journaliste politique toute sa vie. La question mériterait d’être sérieusement étudiée si les médias veulent préserver un semblant de crédibilité.

Outre l’image d’une presse embarquée dans le copinage avec les politiques, il y a une autre tradition française qui vient confirmer la justesse de notre doute quant à la crédibilité des journalistes. Il est ici admis que les journalistes femmes aient des aventures avec les politiques. Si l’affaire Dominique Strauss-Kahn et Tristane Banon a eu quelque retentissement en France, c'est parce que l’ancien président du FMI venait d’être sérieusement secoué par les tribunaux et les médias américains suite à son aventure à l’Hôtel Sofitel à New York. Sinon cette tradition est bien ancrée dans le paysage de notre pays au point qu’elle n’a jamais choqué personne. Les nombreuses unions entre femmes journalistes et hommes politiques ne font que confirmer cette réalité. Isabelle Legrand-Bodin a épousé Alain Juppé, Christine Ockrent est la compagne de Bernard Kouchner, Béatrice Schönberg celle de Jean-Louis Borloo et Audrey Pulvar celle de Arnaud Montebourg. Et récemment, une autre affaire nous a révélé la liaison de la journaliste de Direct 8, Valérie Trierweiler, avec François Hollande.

La vie privée de chacun ne regarde personne, se dit chaque journaliste. Cependant, le fait de découvrir que celui ou celle qui va arracher la vérité pour la révéler au public est complice du donneur de l’information suscite un certain malaise. Et la multiplication de ces expériences discrédite toute une profession. Les journalistes peuvent-ils se permettre de prostituer à ce point ce métier qui jadis était celui des hommes de lettres, des penseurs, des militants pour la vérité ? Un métier qui, dans l’esprit de tous, semblait toujours tendre vers un idéal cher à nos cœurs : la vérité. Et dans la quête de celle-ci, la liberté est bien nécessaire. Hier, le journaliste courait après le fait de société qui frapperait les esprits et ébranlerait les consciences pour mener à l’action. Aujourd’hui, à cause de sa troublante proximité avec le monde politique et les grands financiers dont ces derniers sont les messagers, les journalistes se contentent de courir après la petite phrase assassine et à l’exclusivité de la parole que tout le monde devine avant même qu’elle ne soit prononcée. Quelle maigre pitance ! Quel triste sort !

Raphaël ADJOBI

08/10/2011

France : Les Africains-Français à la recherche d'une plateforme de combat pour l'avenir

DSCF0689[1].JPG

Le 10 septembre 2011 s’est tenue à Paris, rue Gobaut, l’avant-dernière réunion du « Mouvement des Africains-Français ». Prévue à 15 h, elle n’a débuté qu’à 16 h. La ponctualité serait donc à surveiller afin d’encourager la participation de ceux venant des provinces. Une cinquantaine de personnes avaient fait le déplacement ; ce qui est réjouissant.

La réunion a débuté par une introduction de la maîtresse des lieux : Calixthe Beyala, qui a mis sa notoriété au service du mouvement comme fer de lance. Elle reviendra quelque temps plus tard pour un brillant et provoquant exposé sur l’attitude des Africains en général face à l’évolution du monde.

Mais pourquoi donc les Africains sont-ils des ardents partisans de l’inertie ? Pourquoi rien ne les réveille en masse et ne les met en mouvement ? Rien que la peur ne peut expliquer cette attitude, clame Calixthe Beyala. L’Africain vit avec la peur au ventre ! Il n’y a plus d’hommes en Afrique, lance-t-elle. Un homme doit veiller sur sa femme et ses enfants et leur procurer de quoi manger, de quoi se vêtir. C’est pourquoi le "petit Blanc" prend les armes pour aller en Afrique chercher ce qui manque aux siens. Et c'est la même raison qui fait dire à Barak Obama que « le rôle d’un président, c’est de veiller à ce que son pays ne soit pas en manque des ressources qui lui sont nécessaires ».*

Pendant ce temps, que fait l’homme africain ? Vautré dans sa suffisance, il ne cesse de discourir sur les autres, le ton toujours sentencieux. Prompt à invoquer des prétextes fallacieux, à en inventer si nécessaire, pour ne pas se battre. A vrai dire, c’est la peur de prendre ses responsabilités qui le mine et l’empêche de jouer son rôle de protecteur et de pourvoyeur des besoins de sa famille. N’est-ce pas ainsi que nous sommes également, nous, Africains-Français ? Trop de prétextes nous empêchent de nous engager dans la défense de la cause noire.

Et comme le fera remarquer un intervenant avec beaucoup de justesse, les Africains-Français sont dans une situation délicate : nous profitons des fruits de la chasse du "petit Blanc" qui va bombarder les pays africains et nous pleurons en même temps nos parents qui en meurent. Plutôt que de nous plonger dans une bêtifiante inertie, cet état de fait devrait nous révolter et nous mener à l’action. Malheureusement, des millions d’Africains-Français n’ont jamais été capables de paralyser momentanément un secteur quelconque de notre pays afin de montrer leur désaccord ou leur opposition aux crimes commis en Afrique au nom d’idéaux trompeurs qui cachent des actes de prédation. On oublie que c’est à ce prix qu’aux Etats-Unis d’Amérique et en Afrique du Sud les lignes du respect et de la considération ont été repoussées par les Noirs.

Certes, dans l’immédiat, - avant décembre 2011 - le MAF a le souci de faire en sorte que presque tous les Afro-Français en âge de voter s’inscrivent sur les listes électorales pour participer aux élections de 2012. Et il compte bien faire du chiffre des adhésions une arme de négociation avec les partis politiques pour défendre ses valeurs vis-à-vis de l’Afrique. Mais, à plus long terme, le mouvement envisage la mise en place d’une plateforme de propositions en vue de la valorisation de l’Afro-Français. Au regard de ce qui est dit plus haut, cet objectif s’impose comme une absolue nécessité.

En effet, comme le disait si bien Calixthe Beyala, qu’attendons-nous pour favoriser par des actes concrets la naissance d’une élite Afro-Française capable de défendre nos intérêts et jouer un rôle prépondérant dans le paysage politique de notre pays ? Comment les Noirs peuvent-ils accéder au pouvoir en France s’ils ne constituent pas une force visible qui mérite respect et considération ? Il convient de travailler de concert pour que cet objectif soit un jour atteint. Déjà, le mouvement songe à la création d’une cellule enseignante pour se pencher sur la question de la formation des Afro-descendants dans notre système éducatif. On constate par ailleurs qu’il n’y a que les Africains qui n’ont pas une « Maison de la culture » en France ! Comment les valeurs que nous véhiculons et que nous défendons peuvent-elles être prises en compte ou respectées si personne ne les voit, si personne ne les connaît ? Là aussi, tout doit être mis en œuvre pour qu’une maison de la culture africaine voie rapidement le jour.

Enfin, dans le domaine de l’éducation publique – même si cela ne peut être un élément à inscrire au nombre des objectifs à atteindre – on peut retenir la pertinente intervention de notre ami nantais qui nous conseille de mener un combat contre l’exclusion liée à l’insidieuse question souvent posée aux Noirs par les Blancs : « De quel pays es-tu ? » Puisque la question n’est jamais posée aux Français blancs d’origine hongroise, polonaise, italienne, espagnole, … il serait juste que les Afro-Français refusent leur exclusion de la France en disant qu’ils sont originaires de la Côte d’Ivoire, du Congo, du Cameroun, du Mali… Être Africain-Français c’est déjà beaucoup et cela doit être la seule réponse à délivrer désormais. Sur ce chapitre, ceux qui ont l'habitude de lire mes commentaires ça et là savent que c’est un combat que je mène depuis de nombreuses années.

En moins de trois mois d’existence, le MAF apparaît comme le seul mouvement à totaliser en un temps record le plus grand nombre d’adhérents. Mais pour que sa présence sur l’échiquier politique de notre pays soit remarquée de façon durable, il lui faut asseoir une plateforme de projets suffisamment étoffés et réalisables (donc réalistes) qui offre à ses adhérents des raisons d’être fiers pour poursuivre le combat et se défendre contre les questions de leurs détracteurs. Cette plateforme pourra aussi s’avérer un outil précieux pour convaincre ceux qui hésitent encore à rejoindre notre mouvement.

*Propos attribué à Barak Obama lu dans le courrier d’un ami Internaute.

Raphaël ADJOBI