topblog Ivoire blogs

16/06/2012

La bible, Laurent Gbagbo et le 18 juin 2012


Dans son calendrier liturgique de cette année 2012, l’Eglise catholique propose pour la date du 18 juin la lecture d’un passage de la bible qui ne laissera pas indifférents tous ceux qui dénoncent le sort injuste réservé au président Laurent Gbagbo, qui doit comparaître devant la Cour Pénale Internationale à la Haye. Que le procès soit reporté ou pas, le 18 juin est retenu par tous - Ivoiriens, Africains, Afro-descendants d’Europe et d’Amérique du Nord et même les amis Européens qui ont pris la défense de Laurent Gbagbo – comme la date qui doit voir se conclure leurs actions. De toute évidence, le texte biblique proposé semble montrer que le Ciel a choisi cette date pour rappeler cette injustice à la face du monde. Vous y reconnaîtrez la France qui a épousé la cause de Ouattara - venu du Burkina - au point de susciter les faux témoignages de l’O.N.U et de l’U.A contre Laurent Gbagbo dans la crise post-électorale ivoirienne.

Lecture du premier livre des Rois, ch.21, v.1 à 16 : Voici ce qui arriva après ces événements : Nabot de Yizréel possédait une vigne à côté du palais d'Achab, roi de Samarie, et Achab parla ainsi à Nabot : « Cède-moi ta vigne pour qu'elle me serve de jardin potager, car elle est tout près de ma maison ; je te donnerai en échange une vigne meilleure, ou, si tu préfères, je te donnerai l'argent qu'elle vaut. » Mais Nabot dit à Achab : « Yahvé me garde de te céder l'héritage de mes pères ! » Achab s'en alla chez lui sombre et irrité à cause de cette parole que Nabot de Yizréel lui avait dite : « Je ne te céderai pas l'héritage de mes pères. » Il se coucha sur son lit, détourna son visage et ne voulut pas manger.
Sa femme Jézabel vint à lui et lui dit : « Pourquoi ton esprit est-il chagrin et ne manges-tu pas ? » Il lui répondit : « J'ai parlé à Nabot de Yizréel et je lui ai dit : "Cède-moi ta vigne pour de l'argent, ou, si tu aimes mieux, je te donnerai une autre vigne en échange. " Mais il a dit : "Je ne te céderai pas ma vigne" ». Alors sa femme Jézabel lui dit : « Vraiment, tu fais un joli roi sur Israël ! Lève-toi et mange, et que ton cœur soit content, moi je vais te donner la vigne de Nabot. » Elle écrivit au nom d'Achab des lettres qu'elle scella du sceau royal, et elle adressa les lettres aux anciens et aux notables de la ville où habitait Nabot. Elle avait écrit dans ces lettres : « Proclamez un jeûne et faites asseoir Nabot devant le peuple. Faites asseoir en face de lui deux individus sans scrupule qui l'accuseront ainsi : Tu as maudit Dieu et le roi ! Ensuite, faites-le sortir de la ville, lapidez-le et qu'il meure ! »
Les hommes de la ville de Nabot, les anciens et les notables qui habitaient sa ville, firent comme Jézabel leur avait mandé, comme il était écrit dans les lettres qu'elle leur avait envoyées.
Ils proclamèrent un jeûne et firent comparaître Nabot devant le peuple.
Alors arrivèrent les deux vauriens, qui s'assirent en face de lui, et les vauriens témoignèrent contre Nabot devant le peuple en disant : « Nabot a maudit Dieu et le roi. » On le fit sortir de la ville, on le lapida et il mourut. Puis on envoya dire à Jézabel : « Nabot a été lapidé et il est mort. » Lorsque Jézabel eut appris que Nabot avait été lapidé et qu'il était mort, elle dit à Achab : « Lève-toi et prends possession de la vigne de Nabot de Yizréel, qu'il n'a pas voulu te céder pour de l'argent, car Nabot n'est plus en vie, il est mort. »
Quand Achab apprit que Nabot était mort, il se leva pour descendre à la vigne de Nabot de Yizréel et en prit possession.

Lecture proposée par

Raphaël ADJOBI

Commentaires

incroyable....
en voilà une métaphore
et ça se termine comment ?
et celle du 13 aout, elle dit quoi ?
saper aude

Écrit par : saperaude | 16/06/2012

L'histoire se termine mal pour Achab. Dieu envoya Elie lui parler et lui exprimer clairement qu'il est un voleur et un assasin. "Tu lui diras: Ainsi parle l'Éternel: N'es-tu pas un assassin et un voleur? Et tu lui diras: Ainsi parle l'Éternel: Au lieu même où les chiens ont léché le sang de Naboth, les chiens lécheront aussi ton propre sang. [...] tu t'es vendu pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel. 21 Voici, je vais faire venir le malheur sur toi; je te balaierai, j'exterminerai quiconque appartient à Achab, celui qui est esclave et celui qui est libre en Israël... [...] 25 Il n'y a eu personne qui se soit vendu comme Achab pour faire ce qui est mal aux yeux de l'Éternel".

Cependant, parce que Achab s'est ensuite humilié devant le Seigneur, celui-ci lui a accordé la vie mais a reporté le malheur qu'il lui avait annoncé sur son fils. Dieu tient toujours ses promesses !

Écrit par : St-Ralph | 18/06/2012

merci pour l'eclairage
saper

Écrit par : saperaude | 18/06/2012

Bonsoir,

Il y a quelques années, on me conseilla la lecture des deux tomes du "Code secret de la Bible" (en français). Les textes sont de Michaël Drosnin. Que l'on soit croyant ou pas, chrétien ou pas, franchement, c'est troublant.

Même réaction en lisant ce que St-Ralph nous propose. Troublant.

@+, O.G.

Écrit par : Obambé GAKOSSO | 20/06/2012

Les commentaires sont fermés.