topblog Ivoire blogs

10/09/2012

La grande déprime des médias français


Les médias français et François Hollande, Pourqoui les édias français critiquent Hollande ? Les journalistes français n'en peuvent plus avec ce temps politique maussade ou trop "normal". Comment peut-on vendre par un temps pareil ? Plus précisément, que peut-on vendre par un temps pareil ? Qui achèterait de l'ordinaire en matière d'information ? Avec l'arrivée de François Hollande au pouvoir, force est de constater que les médias s'ennuient à mourir, au point qu'ils commencent à trépigner sérieusement. La grande déprime quoi !

Avec le précédent locataire du palais de l'Elysée, au moins il y avait du mouvement, de l'action, des tempêtes ! Les journalistes avaient-ils à peine le temps de boucler un article qu'ils étaient appelés à d'autres affaires. Et les grands titres faisaient entrer l'argent dans les caisses. C'était la belle époque !

Avec François Hollande, ils avaient vainement espéré tirer profit de l'action de la diplomatie française dans le conflit syrien pour garder le rythme pris avec Nicolas Sarkozy et ses déclarations tapageuses. Quotidiennement, ils nous avaient servi du "Bachar le dictateur" et du "martyr du peuple syrien" sans entraîner François Hollande dans un conflit ouvert avec ce pays. Une bonne guerre comme en Côte d'Ivoire et en Libye : voilà ce qu'ils espéraient. Quand les bombes éclatent et que ça saigne, c'est bon pour le moral des journalistes et leur portefeuille. Mais avec ce calme plat, le métier n'est plus ce qu'il était. Il devient franchement déprimant avec un président trop normal !

Sur le plan intérieur, malgré les règlements de compte à Marseille et les tueries çà et là, aucune déclaration fracassante - avec des lois inédites - ne vient dynamiser l'horizon politique et médiatique. C'est à croire que François Hollande fait exprès de pourrir la vie des journalistes. Il n'a absolument pas l'air de se rendre compte de la crise économique que sa présidence trop "normale" pourrait générer en France. Bientôt, les buralistes vont fermer boutique pour manque à gagner ; les imprimeries vont cesser de tourner. Tout un pan de l'économie française est donc sérieusement menacé. Pour éviter les grèves que cette menace fait peser sur le pays, les journalistes demandent au président de se réveiller. "Hollande secoue-toi, il y a le feu" clame l'un, "Et si Sarkozy avait raison ?" clame l'autre. Et un troisième de se demander "s'ils sont tous nuls" dans ce gouvernement. Et tout cela parce que le climat politique est calme et aussi parce que sur le plan social on ne voit aucune grève de grande ampleur poindre à l'horizon.

Si les journalistes veulent nous faire croire que François Hollande et son gouvernement ne font pas l'affaire, le commun des Français se rend compte que ce jugement ne correspond pas à un climat social en ébullition. Ils espèrent de l'action pour ne pas voir leur métier courir à la catastrophe. C'est tout ! Avant, ils étaient dirigés, commandés ; il y avait quelqu'un pour leur dire ce qu'il fallait écrire et ce qu'il ne fallait pas dire. Nicolas Sarkozy reprenait fermement ceux qui ne lui obéissaient pas. Quelques rares insolents profitaient même de sa grande agitation pour se moquer de ses pitreries. Une chose était sûre : dans l'ensemble, tout le monde trouvait son compte.

Mais maintenant, que faire d'un président normal ? Habitués à attendre les consignes de l'Elysée avant de se mettre en branle, les journalistes s'ennuient avec le nouveau président. Il ne savent plus quel sujet traiter pour égayer la population française. Ils ne savent plus s'il faut aller voir ce qu'est devenue la démocratie que Nicolas Sarkozy a installée à grands coups de canons suivis de fanfares et trompettes en Côte d'Ivoire et en Libye. Ils ne savent plus s'il faut parler ou non des disparitions quotidiennes des civils, des tortures des jeunes, des arrestations des opposants, des camps de refugiés brûlés en Côte d'Ivoire. On ne trouve plus trace de Simone Gbagbo, dit-on. Les médias français semblent de toute évidence attendre que François Hollande parle publiquement de ces questions-là pour le suivre. En effet, les paroles d'un président confèrent aux événements plus de gravité. Sans elles, l'enfer quotidien des Ivoiriens ou des Libyens n'est qu'un fait divers sans aucune importance. Qui cela peut-il intéresser en France. Que le président en parle et cela devient important pour le peuple français.

Vivement une guerre donc ! Mais sous d'autres cieux, bien sûr. Et si Hollande décidait de renverser Ouattara ? De toutes les façons, ce dernier est plus souvent en France que dans le pays qu'il est supposé gouverner. Pire, en Côte d'Ivoire, c'est l'armée française qui joue tous les rôles jusqu'à celui de la police, tout simplement parce le peuple a peur de l'armée de Ouattara dite "Force Républicaine". Un coup d'état rendrait la situation plus claire et pourrait être l'occasion pour François Hollande de se faire remarquer sur le plan international et permettrait aux médias français de sortir enfin le grand jeu de l'informateur du peuple avec des débats et des interventions de grands spécialistes. Les plaisirs du métier quoi !

Raphaël ADJOBI

Commentaires

J'ai bien aimé lire votre article. Je trouve que votre regard sur le travail des journalistes en France est bien vu. C'est plein d'humour malgré les situations tragiques que ces gens là peuvent engendrer.
Merci de réussir à me faire sourire.

Écrit par : Adibra | 17/09/2012

Merci à vous pour votre mot gentil et encourageant !

Écrit par : St-Ralph | 18/09/2012

Les commentaires sont fermés.