topblog Ivoire blogs

08/06/2014

Commémoration des 70 ans du débarquement : l'Afrique et l'ancien empire français oubliés !

L'Afrique oubliée, l'Afrique ignorée, l'Afrique et la seconde guerre mondiale


L’ingratitude française a atteint son paroxysme le 6 juin 2014, quand tous les peuples qui de près ou de loin ont contribué à la défaite de l’Allemagne nazie ont été invités, en Normandie, à la commémoration des 70 ans du débarquement allié. Tout le monde a été convié, même l’ancien ennemi, l’Allemagne. Seule l’Afrique a été écartée de la fête !

Dans son allocution de bienvenue, le président français a évidemment placé les Américains et les Anglais au cœur de cette commémoration et leur a adressé des remerciements très appuyés. Pour la première fois, le très lourd tribut payé par la Russie pour triompher de l’Allemagne nazie et épuiser ses forces, facilitant par la même occasion le débarquement allié, a reçu un hommage mérité. La résistance intérieure ainsi que les innocentes victimes des bombardements alliés ont reçu, pour leur part, la reconnaissance de la Nation. Chose étonnante, pas un mot à l’endroit de l’Afrique et de l’ancien empire français n’est sorti de la bouche du président de la République !

L’Afrique et l’empire français ont sauvé l’honneur de la France

Pourtant, durant la seconde guerre mondiale, la France combattante se limitait à l’Afrique et au reste de l’empire français ; l’armée blanche française était restée fidèle à Pétain et à Vichy ! Par conséquent, cet oubli inconscient ou volontaire de quelques mots à l’adresse de l’Afrique et de l’ancien empire colonial dans son ensemble est une faute absolument grave.

En effet, ne pas mentionner la contribution de l’Afrique et de l’empire français dans le débarquement des forces alliées qui ont permis la libération de la France, c’est nier le rôle de Charles de Gaulle dans cette libération. En d’autres termes, oublier l’Afrique, c’est limiter le mérite de Charles de Gaulle à son appel du 18 juin. C’est affirmer qu’il n’a rien fait d’autre après cela. C’est se convaincre que mis à part le fait d’avoir tenu un micro et galvanisé quelques groupuscules de Français, de Gaulle n’a jamais été un combattant de la seconde guerre mondiale.

L'Afrique oubliée, l'Afrique ignorée, l'Afrique et la seconde guerre mondiale


Or, de Gaulle a bien été un combattant. Et c’est en Afrique qu’il est allé trouver des hommes pour constituer l’armée dont il avait besoin pour combattre l’Allemagne nazie aux côtés des alliés Anglais et Américains. Au moment où toute l’armée blanche française restait fidèle à Vichy, c’est en Afrique qu’avec le général Leclerc il va trouver des hommes de bonne volonté pour prendre les armes contre l’Allemagne. C’est en Afrique que l’empire français va se mettre sous les ordres de Charles de Gaulle et participer à la libération de la France.

C’est cette vérité historique qui ne limite pas le rôle de Charles de Gaulle à l’appel du 18 juin qui faisait dire à Gaston Monnerville, que « sans l’empire, la France ne serait qu’un pays libéré » par les Américains et les Anglais, mais « grâce à l’empire, la France est un pays vainqueur ». Oui, c’est cela la vérité historique. C’est l’Afrique et l’empire français qui ont permis à de Gaulle et à Leclerc d’entrer dans l’Histoire parce que c’est là qu’ils ont trouvé des libérateurs qui n’étaient pas Blancs mais qui vont verser leur sang pour la France. Comme le rappelait si bien Edwy Plenel en février 2014, personne ne doit oublier que « les troupes françaises qui vont permettre au général de Gaulle de réussir son pari politique en plaçant la France à la table des vainqueurs en 44-45 – alors que la perdition morale de ses élites dirigeantes dans la collaboration aurait dû logiquement la mettre dans le camp des vaincus – venaient à plus de 80% des ailleurs coloniaux et des lointains étrangers. Sans eux, sans ces diverses humanités portées à son secours – ajoutait-il de manière très ferme – la France ne serait pas devenue, depuis l’après guerre mondiale, une République démocratique et sociale ».

L’oubli de la contribution de l’Afrique et des « ailleurs coloniaux » à la commémoration du 70e anniversaire du débarquement est donc de toute évidence une faute qui tient à la déformation de l’Histoire qui est devenue la règle dans l’enseignement français. Avec le temps, grâce à la mauvaise foi et au mensonge, la France se fabrique une Histoire loin de la réalité des faits historiques. Quelle tristesse !

Raphaël ADJOBI
Délégué général AIRD-France

Commentaires

Dumas "premier général noir de France" dites-vous.
Oui, c'est un homme éminent de l'histoire de France et du Monde. Je voudrais signaler l'importance de plusieurs de ses contemporains, noirs eux aussi, militaires français haut-gradés eux aussi (colonels, généraux, pour moi c'est du kif-kif...), et bien sûr anti-esclavagistes engagés eux-aussi. Je conseille de lire leurs biographies époustouflantes : Louis DELGRES (1706 - 1802), Toussaint Louverture (1743-1803), Le chevalier de Saint-Georges (1745-1799).

Écrit par : Mélaine | 11/06/2014

Bonjour Mélanie. J'ai bien vu ton post sur mon blog littéraire. Je t'ai d'ailleurs répondu.

Depuis quelques mois, quand on valide un commentaire, un message nous dit qu'il ne peut pas être enregistrer. Ce qui est tout à fait faux ! Ne t'inquiète donc pas. Ton message a bien été enregistré.

A bientôt sur mon blog littéraire.

Écrit par : Saint-Ralph | 12/06/2014

Les commentaires sont fermés.