topblog Ivoire blogs

05/03/2015

Le PDCI, un instrument de honte avec H. Konan Bédié

Le PDCI, un instrument de honte avec H. Konan Bédié

Congrès du PDCI 2015, Konan Bédié la honte de la Côte d'ivoire, Qui est Henti Konan Bédié, le PDCI et Alassane Ouyattara


Que l’on se souvienne du ton de mon article de mars 2012 intitulé « Henri konan Bédié, nous irons tous pisser sur ta tombe à la queue leu leu ». Que l’on se souvienne de la peinture que j’avais faite de l’esprit de cet homme qui affectionne régler ses pas sur ceux de Dramane Ouattara au point de l’avoir rejoint dans son QG de l’Hôtel du Golf, à Abidjan, lors de la crise postélectorale de 2010-2011. J’écrivais alors qu’un tel « suivisme irréfléchi est indigne d'un homme qui a connu tous les honneurs dans son pays. Oui, à ce moment-là, vous étiez devenu insignifiant, réduit à la dimension d'un enfant suivant les pas de son protecteur qui le tient en otage pour lui servir de bouclier honorable aux yeux de l'extérieur. » Le dernier congrès du PDCI vient non seulement de confirmer mes propos de 2012 mais aussi de montrer que tous ceux qui le suivent sont la honte du PDCI et aussi de la Côte d’Ivoire tout entière.

Maureen Grisot, la correspondante de RFI – la Radio d’intoxication de la France – ne s’est pas trompée de constater un peuple de PDCI sans aucune consistance. En effet, il est difficile de comprendre comment des milliers de personnes ayant fait des études et accomplissant des tâches administratives ou politiques dans l’intérêt d’un pays peuvent manquer de jugement au point de signer un pacte oral d’alternance à la tête d’un pays avec leur allier politique. Plus je réfléchis, plus je me dis que le PDCI est une assemblée de moutons : s’il y en a un qui traverse la route, tout le reste du troupeau en fait de même sans aucune considération du danger qu’il court. A l’aveuglette !

N’importe quel imbécile sur terre sait que toute promesse orale n’engage que celui qui la croit. Voir tous ces anciens universitaires, bardés de diplômes, dodeliner de la tête et voter sans soumettre ce qui leur est proposé à l’analyse de leur raison est tout à fait honteux pour la Côte d’Ivoire. Toutes les mères et tous les pères de Côte d’Ivoire qui ont payé et paient des études à leurs enfants doivent les maudire si un seul instant ils doivent considérer que c’est à ce suivisme moutonnier auquel leur progéniture est destinée. Aucune mère, aucun père ne doit éprouver de la fierté à savoir son enfant réduit à l’imbécilité, c’est-à-dire à regarder le doigt qui montre le chemin plutôt que le chemin.

Personne ne peut avoir de la considération pour toutes les personnalités qui étaient présentes à cette manifestation et qui ont applaudi, comme un seul homme, à l’inconcevable. Mon Dieu, nous ne sommes plus à l’heure du parti unique où régnait la peur de s’écarter du chemin tracé par Houphouët-Boigny ! La liberté d’expression serait-elle aujourd’hui encore interdite au sein du PDCI ? Si tel est le cas, on peut parier que même dans l’isoloir, toutes les personnalités bardées de diplômes ont peur de donner un autre avis que celui du chef. Je suis prêt à mettre ma main au feu que dans un isoloir, tous les cadres qui critiquent Konan Bédié loin de leur appareil politique ont peur de glisser un autre bulletin que celui de Bédié dans l’enveloppe au moment de voter. C’est dire que même loin du regard de Bédié, ils ont le sentiment qu’ils sont épiés. Ils vivent constamment dans la peur. Et ces peureux-là ne sont pas des paysans mais des cadres cravatés roulant dans de belles voitures et se disant instruits et parfois même cultivés. Des êtres risibles quoi ! Leur mère et leur père auraient mieux fait de les noyer dans la rivière la plus proche plutôt que de dépenser leurs maigres ressources pour les envoyer faire des études à une fin aussi catastrophique pour la Côte d’Ivoire.

Endimanchées et emperruquées pour la circonstance mais la tête vide comme une vieille coquille d’escargot, telles étaient les personnalités politiques du PDCI au dernier congrès de ce parti. Pas du tout réjouissant pour l’image de la Côte d’ivoire. A gémir de honte !

Raphaël ADJOBI

Les commentaires sont fermés.