topblog Ivoire blogs

31/07/2015

La CNC, un attelage hétéroclite condamné à faire oeuvre de salut public

La Coalition Nationale pour le Changement, les frondeurs du PDCI-RDA, qui appartient à la CNC, Les partis de la CNC


De toute évidence, la Coalition Nationale pour le Changement (CNC), née en mai 2015, à 5 mois des élections présidentielles, n'a fait que se substituer à l'Alliance des Forces Démocratiques (AFD) puisqu'elle reprend les mêmes objectifs essentiels : le rétablissement des conditions d'élections justes, transparentes et démocratiques, et la réalisation de la réconciliation nationale.

La seule différence - et elle est de taille - c'est que l'AFD n'était formée que du FPI et de ses alliés traditionnels qui sont les partis progressistes, alors que la CNC inclut - outre le FPI et ses alliés - les candidats déclarés aux élections présidentielles de 2015 issus pour la plupart du Rassemblement des Houphétistes (RHDP) au pouvoir avec Alassane Dramane Ouattara. On y compte aussi quelques personnalités dont la vertu consiste à toujours compter sur leur bonne étoile.

Nous constatons pour notre part que la CNC, qui est venue demander la même chose que demandaient le FPI et ses alliés depuis la sortie de prison d'une partie de ses dirigeants, est clairement un attelage trop hétéroclite pour être viable à long terme.

Dans cet attelage, il y a en effet les habituels sympathisants du pouvoir qui jouissaient de la mansuétude de M. Ouattara et faisaient office d'opposants officiels non encombrants. De 2011 à 2013, leur rôle d'opposant officiel toléré se limitait à la critique de la politique économique du gouvernement. Ils ont vécu des années dans l'ignorance des emprisonnements arbitraires et des condamnations à l'exil de leurs compatriotes. En d'autres termes, ils ont vécu dans le mépris de la veuve et de l'orphelin lorsque ceux-ci avaient besoin d'être consolés. Et c'est bien tard qu'ils ont commencé à dénoncer le rattrapage ethnique et l'entretien d'une armée prétorienne en Côte d'Ivoire, pour enfin rejoindre le FPI dans la CNC.

Quant à ceux qui nous viennent du PDCI-RDA, nous savons tous dans quelle équipe ils jouaient. Ils sont tous issus du RHDP qui gouverne le pays depuis bientôt cinq ans. Or, le RHDP (PDCI-RDA et RDR) est synonyme de rattrapage ethnique, d'emprisonnement des opposants, du maintien d'une armée prétorienne et de l'absence de politique de retour des exilés de l'Ouest sur leurs terres.

Le discours de Daoukro a redistribué les cartes

C'est à partir du discours de Daoukro où le président du PDCI-RDA avait décidé que son parti ne présenterait pas de candidat contre M. Ouattara, que M. Kouadio Konan Bertin, M. Charles Konan Banny et les autres ont endossé l'étiquette de frondeurs et quitté l'équipe poussive, arrogante et brutale de M. Ouattara.

Si M. Henri Konan Bédié avait assuré aux militants du PDCI-RDA que leur parti aurait son propre candidat aux prochaines élections présidentielles, M. Banny, M. Kouadio Bertin et les autres n'auraient pas changé leurs habitudes et auraient continué à suivre la politique destructrice prônée par M. Ouattara depuis 2011.

N'oublions jamais que le but initial du PDCI-RDA et du RDR était de jouer l'alternance au pouvoir uniquement au sein du RHDP. C'est-à-dire qu'ils se sont fait la promesse de confisquer le pouvoir en faisant en sorte qu'il reste toujours entre leurs deux partis. Voilà le vrai visage des personnalités qui ont rejoint l'opposition traditionnelle dans une alliance qui se veut de salut public.

Malgré ce visage très hétéroclite et très incohérent de la CNC, un calcul à court terme nous contraints à taire nos divergences et même nos différences : d'une part, le FPI jouit de l'indéfectible fidélité de son électorat ; le président du LIDER l'a amèrement constaté à ses dépens en 2011. D'autre part, la scission du PDCI-RDA laisse croire que les frondeurs de ce parti rejoignent le FPI avec un électorat suffisant pour faire pencher la balance du côté de la Coalition Nationale pour le Changement en cas d'élection. Il n' y a pas photo, comme disent les Ivoiriens. Nous pouvons donc raisonnablement, au regard des forces en présence désormais, espérer arracher le pouvoir à ce qui reste du RHDP. En nous imposant le devoir de ne pas être trop regardant avec ceux qui gardent encore dans la bouche un reste de leur dernier repas pris avec M. Ouattara, nous pouvons redresser la Côte d'Ivoire en gagnant les élections de 2015.

Malheureusement, de même que dans le domaine de la justice on ne gagne pas un procès avec la bonne foi, de même en politique on ne gagne pas une élection à l'applaudimètre. M. Ouattara peut être publiquement vomi par les populations, il peut ne jamais remplir un stade là où ses adversaires font le plein, il peut même n'avoir qu'une centaine de bulletins de vote à son nom dans les urnes et gagner les élections parce qu'il connaît les bonnes personnes qui annoncent les résultats et les certifient.

Voilà la réalité des élections qui ne respectent pas les conditions justes, transparentes et équitables ! Maintenant que tous les partis réunis au sein de la CNC savent cela et conviennent de ne pas participer aux élections parce que les conditions ne sont pas réunies, que faisons-nous ? Une seule voie s'offre à nous : parce que M. Alassane Ouattara refuse la formation d'un gouvernement de transition qui aura pour objectif de mettre en place les mesures manquantes nécessaires à des élections démocratiques, il faut appeler le peuple à lui forcer la main afin d'obliger ses maîtres à s'en séparer comme d'un animal indésirable qu'on éloigne sans scrupule. C'est cela faire œuvre de salut public !

Raphaël ADJOBI


Les commentaires sont fermés.