topblog Ivoire blogs

03/03/2019

Thomas SANKARA immortalisé au Burkina Faso !

La statue de Thomas Sankara, Hommage à Sankara


Le samedi 2 mars 2019 a été inaugurée à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, la statue géante du capitaine Thomas SANKARA qui a dirigé ce pays de 1983 à 1987, date de son assassinat. En présence du président Burkinabè et de l'ancien président du Ghana, Jerry Rawlings, a été immortalisé l'homme qui a marqué la mémoire de ses compatriotes et celle de nombreux africains à travers son combat contre la mainmise française sur l'Afrique francophone. L'auteur et l'instigateur de son assassinat ont ainsi été publiquement et officiellement désavoués et sommés d'être un jour convoqués devant le tribunal des hommes pour que justice lui soit rendue. «Nous avons des émotions sur ce site, mais nous devons les capitaliser pour avancer. Ceux qui sont tombés ici nous rappellent qu'on lutte pour la liberté et la justice», a souligné M. Jerry Rawlings.

La statue de Thomas Sankara, Hommage à Sankara Ce moment fut pour un jeune Américain d'origine éthiopienne l'occasion de rendre hommage à celui dont il porte le nom. Son père - Ethiopien vivant maintenant aux Etats-Unis - avait rencontré Thomas SANKARA de son vivant et avait entrepris de faire un film sur lui. «Malheureusement, il n'a jamais atteint cet objectif parce qu'il avait été assassiné. (mon père) a décidé d'ailleurs de ne jamais rencontrer le bourreau de SANKARA de son vivant. Il a donc boycotté les deux grands prix qu'il a obtenus au FESPACO. Il a déclaré qu'il ne saluerait jamais Blaise ; donc il a préféré ne pas venir au Burkina Faso pour recevoir ses prix. Il a fini par venir au Faso en 2017, soit 3 ans après la chute de Blaise COMPAORE. Pour la petite histoire, quand je suis né en 1988, SANKARA était déjà assassiné et mon père a décidé que je m'appelle Gérima Merawi Sankara. J'ai pris sur moi la responsabilité de faire un film sur l'héritage de SANKARA pour faire connaître l'homme aux États-Unis et partout dans le monde, donc achever l'œuvre de mon père» (Page Facebook de Zinaba Rasmane).

Raphaël ADJOBI

Les commentaires sont fermés.