topblog Ivoire blogs

12/08/2012

La Caravane de la Liberté du CRI-Panafricain de passage à Paris


le cri-panafricain,manifestation ivoirienne à paris,la caravane de la liberté Le samedi 11 août 2012, La Caravane de la Liberté du CRI-Panafricain a fait escale à Paris. Rassemblés à la Place de la Nation, les manifestants ont rejoint la Place de la Bastille au cri de "Libérez Gbagbo !" Encore un franc succès du mouvement initié par Abel Naki, apparemment rodé à l'action militante.

le cri-panafricain,manifestation ivoirienne à paris,la caravane de la liberté


Certes, la caravane a été longue à se mettre en marche. Mais le temps du rassemblement avant le départ tardif du cortège a permis aux uns et aux autres de faire connaissance. Aux mouvements des policiers chargés de l'encadrement de la manifestation, tout le monde avait compris que l'occupation de la chaussée devait se faire à un moment précis convenu entre Abel Naki et les autorités de la ville. C'est donc dans une ambiance fraternelle et patriotique que le cortège a parcouru le long trajet Nation-Bastille, permettant ainsi à de nombreux Parisiens d'entendre non seulement l'appel à la libération de Laurent Gbagbo mais aussi la demande du retour à la démocratie en Côte d'Ivoire.

le cri-panafricain,manifestation ivoirienne à paris,la caravane de la liberté


Les objectifs de La Caravane de la Liberté sont de toute évidence simples : amener les Français à une autre lecture de l'histoire récente de la Côte d'Ivoire, les informer sur la situation des prisonniers politiques du régime actuel et le mauvais traitement des populations de l'ouest ainsi que des exilés dans les pays voisins. Il est en effet nécessaire de rappeler à chacun que tout dirigeant qui maintient ses opposants en prison sur de simples accusations et non pas parce qu'ils ont été jugés coupables - suite à un jugement équitable - est un dictateur. Remplissant cette condition, Alassane Ouattara est un dictateur ! Il est nécessaire que chacun comprenne qu'aucune paix ni aucune réconciliation n'est possible dans un pays qui a connu la guerre si le nouveau pouvoir emprisonne tous les anciens dirigeants et fait fuir à l'étranger les populations de toute une région.

Nombreux sont les intellectuels africains qui ont pris la défense de Laurent Gbagbo contre le soutien de l'ONU et de la France à Alassane Ouattara. Chose exceptionnelle en Afrique ! Cela, le président François Hollande ne peut l'oublier s'il veut améliorer les relations entre la France et les pays francophones d'Afrique. Et les manifestations sont là pour lui rappeler que le mécontentement contre la politique menée par son prédécesseur persiste. François Hollande et tous les Français doivent retenir que Laurent Gbagbo est le père de la démocratie en Côte d'Ivoire. La conquête d'une élection libre dans ce pays est son oeuvre ! François Hollande et les Français doivent savoir que replié sur les institutions à Abidjan, après les élections, Laurent Gbagbo n'a jamais demandé à l'armée nationale dont il était le chef de lancer des opérations contre les rebelles qui étaient alors au nord. Ce sont ces derniers qui sont descendus au sud et se sont exposés à une opposition des soldats loyalistes. Peut-on dans ce cas parler de crime ? Laurent Gbagbo a-t-il été criminel parce qu'il s'est défendu ? Et ceux qui, dans leur descente sur Abidjan ont assassiné les gendarmes de Bouaké, la population de Douékoué puis celle des villages des environs d'Abidjan, sont-ils indignes de la Cour Pénale Internationale ? Il appartient à chaque citoyen de se prononcer en son âme et conscience afin que les dirigeants français comprennent l'urgence d'une autre relation avec la Côte d'Ivoire.

Bravo à tous les militants ivoiriens et africains qui se battent pour ne pas laisser s'éteindre la flamme de la liberté. Nous espérons qu'après Nice et Paris, d'autres villes accueilleront la Caravane de la Liberté pour que la lutte continue. Car il nous faut "faire savoir au monde qu'on ne peut plus tuer les leaders Noirs dans le secret" (Maya Angelou, in Tant que je serai noire).

Raphaël ADJOBI